Les jeunes s’expriment sur les stéréotypes de sexe et la mixité des métiers

24 Mar

Du 10 au 12 mars dernier, des animateur·trice·s des CSC du Château et Loire et Seil, ont animé des séances de sensibilisation aux stéréotypes sexués à partir d’une exposition sur la mixité des métiers auprès d’élèves du collège Allende.

Programmée dans le cadre de la semaine citoyenne du collège Allende, cette action, co-construite par les animateur·trice·s jeunesse des deux centres socioculturels, a été proposée à 270 élèves de niveau sixième et quatrième. Elle était organisée en trois temps. Les enfants ont, dans un premier temps, été invité·e·s à réfléchir aux stéréotypes sexués à partir d’un jeu de dessin. La consigne était simple : compléter une silhouette neutre, reproduite sur une feuille en laissant libre cour à ses envies, son imagination, ses représentations. Le support a servi à ouvrir le débat sur l’égalité filles garçons, les stéréotypes sexués, le genre et à rappeler le sens de ces concepts . À cet âge, les jeunes ont bien des choses à dire sur ces sujets et ils et elles sont nombreux·se·s à être informé·e·s.

Dans un second temps, un débat mouvant a favorisé, de nouveau, l’expression personnelle et l’échange entre les élèves. À partir de phrases affirmatives énoncées par une animatrice, chacun·e devait prendre position : « les tâches domestiques sont majoritairement faites par les femmes », « les clips valorisent l’image des femmes », « les garçons ne savent pas s’occuper des enfants »… Dans l’écoute, le respect et le non jugement, les jeunes ont pu justifier leur position, convaincre ou se laisser convaincre par les arguments de leurs camarades.

Enfin, pour finir, les élèves ont découvert l’exposition « Mixité des métiers » créée par le média Les Autres possibles. 12 panneaux présentent le portrait d’un·e professionnel·le et 12 métiers mixtes : conductrice routière, sage-femme, maçonne coffreuse, sapeuse pompière, greffier, assistant social, etc. Nourri·e·s des échanges amorcés par les activités proposées au préalable, les jeunes ont pris conscience que tous les métiers sont potentiellement accessibles à toutes et tous, et que ce sont, bien souvent, les préjugés, les représentations genrées, les normes de genre qui conduisent filles et garçons à s’orienter ou pas vers telle ou telle formation, tel ou tel métier.